SPECTACLES ET PERFORMANCES 

Poésie photographique (France, Belgique)

ANBA LAVIL
de Gaël Turine et Laurent Gaudé 

Photographies : Gaël Turine/MAPS //

Textes : Laurent Gaudé

Avec le soutien de la WBI
et du Théâtre National de Bruxelles

À lire – Laurent Gaudé & Gaël Turine, En bas la ville,

Le Bec en l’air, 2017

Durée : 20 min

LUNDI 19 NOVEMBRE | 5H30 Pm

Le Centre d’Art

Entrée libre

L’écrivain Laurent Gaudé et le photographe Gaël Turine proposent une soirée de poésie photographique qui plonge le spectateur dans une expérience visuelle et auditive haïtienne. Hybridation entre littérature et photographie, cette déambulation nous guide dans le quotidien des habitants de Port-au-Prince. Avec plus de 2 millions d’habitants, la capitale d’Haïti bouillonne entre les stigmates du séisme de 2010 et l’instabilité politique récurrente. Le regard croisé des deux auteurs remet en perspective la réalité désenchantée de la première république noire et en révèle la beauté et la dignité.

Danse & Slam (France)

NEGRES COMME NEIGE

par la Cie Ayak’Cha 

Danse : Lionel Fredoc

Slam : David Tacita

Un spectacle produit par la compagnie Ayak’Cha

Coproduction : la Ville de La Rochelle,

Le Centre Intermondes

Durée : 30 min

LUNDI 19, MARDI 20 NOVEMBRE | 6H30 Pm

Le Centre d’Art

150 HTG

Cette création est une tranche de vie condensée où l’expression chorégraphique est le moyen de transport pour passer d’un état émotionnel à un autre… Nègre comme Neige, souffrir des regards chargés de méchanceté sous une avalanche de mots aiguisés comme la burle, cette neige fine qui s’invite dans les moindres recoins de votre âme. Les années passent, les corps s’animent, se figent, se forgent une carapace, ils peuvent parfois se libérer des m-a-u-x pour vivre avec plus de légèreté et d’authenticité dans le « là ici et maintenant ».

« Cette belle rencontre avec David Tacita a débuté en 2006 (…). Les talents cachés, la sensibilité, la plume de David comme slameur, auteur-compositeur accompagne, marque, accentue avec ses mots les mouvements dansés avec un texte épuré. Notre détermination dans ce partage artistique a tout doucement transformé ce solo en un vrai duo de complicité. » Lionel Fredoc

Théâtre (France, Haïti)

J’ETAIS DANS MA MAISON ET J’ATTENDAIS QUE LA PLUIE VIENNE

de Jean Luc Lagarce  

Mise en scène et scénographie : François Berreur 

Avec Pascale Julio, Anyes Noël, Jenny Cadet, Florence Jean-Louis Dupuy, Paula Clermont Pean

Lumière : Bernard Guyollot 

Production : Comédie de Caen - CDN de Normandie, Cie Les Intempestifs, Cie Nous Théâtre 

Un spectacle soutenu par L’Institut Français de Paris, l’Institut Français en Haïti, le Ministère de la Culture (DRAC Bourgogne – Franche-Comté), La Région Bourgogne – Franche-Comté, la Ville de Besançon

Durée : 1H25

 

MARDI 20, MERCREDI 21NOVEMBRE | 6H Pm

FOKAL

250 HTG

« Cinq femmes et un jeune homme, revenu de tout, revenu de ses guerres et de ses batailles, enfin rentré à la maison, posé là, dans la maison, maintenant, épuisé par la route et la vie, endormi paisiblement ou mourant, rien d'autre, revenu à son point de départ pour y mourir. Elles l'attendaient, longtemps déjà, des années, toujours la même histoire, et jamais elles ne pensaient le revoir vivant, elles se désespéraient de ne jamais avoir de nouvelles de lui, aucune lettre, cartes postales pas plus, jamais, aucun signe qui puisse rassurer ou définitivement faire renoncer à l'attente. Aujourd'hui, est-ce qu'enfin, elles vont obtenir quelques paroles, la vie qu'elles rêvèrent, avoir la vérité ? On lutte une fois encore, la dernière, à se partager les dépouilles de l'amour, on s'arrache la tendresse exclusive. On voudrait bien savoir. » Jean-Luc Lagarce

Danse (France, Brésil)

BLANC

de Vania Vaneau

Chorégraphie et interprétation : Vania Vaneau

Musique : Simon Dijoud
Lumières : Johann Maheut
Assistant : Jordi Galí 

Regard extérieur : Anna Massoni
Production : Cie Arrangement Provisoire (Lyon)
Co-production : CCNR- Yuval Pick, Ramdam (St.Foy-les-Lyon)
Soutiens : Les Subsistances (Lyon), L’Animal à la Esquena (Gerone, ES), CDC- Le Pacifique (Grenoble) 

Et avec le soutien de la SACD

JEUDI 22, VENDREDI 23 NOVEMBRE | 6H PM

FOKAL

250 HTG

« Blanc » est un solo de Vania Vaneau accompagnée du guitariste Simon Dijoud. La création a eu comme point de départ une recherche sur le rituel, la transe et la transformation. 

La potentialité du mouvement se conjugue avec une dimension visuelle dans un travail sur la couleur et en contraste avec le noir et blanc, évoquant une sorte de carnaval ou de cérémonie où sont invités des figures se situant entre l’humain, l’animal et la nature, appartenant à des lieux et à des temporalités indéterminées.

« Blanc » naît du désir d’accéder à un lieu de vertige, explorant les différentes facettes de l’individu, révélant la foule, le multiple qui habite le singulier, de même que la lumière blanche se compose de toutes les couleurs. 

Théâtre (France, Haïti)

TABATABA

de Bernard-Marie Koltès, par la Brigade d’Intervention Théâtrale d’Haïti  

Mise en scène et scénographie : François Berreur 

Avec Pascale Julio, Anyes Noël, Jenny Cadet, Florence Jean-Louis Dupuy, Paula Clermont Pean

Lumière : Bernard Guyollot 

Production : Comédie de Caen - CDN de Normandie, Cie Les Intempestifs, Cie Nous Théâtre 

Un spectacle soutenu par L’Institut Français de Paris, l’Institut Français en Haïti, le Ministère de la Culture (DRAC Bourgogne – Franche-Comté), La Région Bourgogne – Franche-Comté, la Ville de Besançon

Durée : 40mn

 

VENDREDI 23 NOVEMBRE| 7H PM

SAMEDI 24 NOVEMBRE |6H PM

JARDIN FOKAL

150 HTG

Un frère et une sœur, Petit Abou et Maïmouna, se retrouvent enfermés dans une relation incestueuse dont ils n’arrivent pas à sortir. La vie d’un couple d’adultes encore enfermés dans leur enfance. 

« La famille est le noyau de toute société. Ce cadre qui, normalement, doit conduire à la socialisation de l’être peut, dans des cas, engendrer des troubles de la personnalité et autres problèmes psychologiques. Et ce n’est pas rare de rencontrer des individus ayant vécu des traumatismes durant la p’tite enfance qui refusent d’appréhender le réel tel qu’il est … En Haïti l’inceste est condamné par le code pénal, et est désavoué par la société haïtienne. La BIT-Haïti souhaite aborder ce tabou à travers Tabataba. » 

Théâtre (Haïti)

RECONSTRUCTION(S) 

de et mis en scène par Guy Régis Jr,

Cie NOUS Théâtre  

Texte et mise en scène : Guy Régis Jr

Avec : Rolando Etienne, Yvenie Paul, Danilov Thélisma, Miracson Saint Val, Murat Milord, Jenny Cadet, Arthur Marcelin, Hélène Lacroix

Costumes & accessoires : Nathania Périclès

Lumières : Jean Ronald Pierre

Production : NOUS Théâtre Association

Coproduction : Association 4 Chemins

Crédit photo : Ernesto Bafile

Durée : 1H30

 

SAMEDI 24, DIMANCHE 25, LUNDI 26 NOVEMBRE | 8H Pm

YANVALOU

250 HTG

« Peut-être notre époque, à dessein, sonne-t-elle le glas au régime présidentiel, sujet à tant de démesures et d’idioties ? Pendant tout le 20ème siècle, le régime présidentiel ne nous a-t-il pas desservi nos diktats les plus velléitaires, nos plus sanguinaires hommes de puissance, et aujourd’hui ne nous impose-t-il pas nos politiciens les plus fantasques ? 

Etre président, est-ce un simple petit projet solitaire ? Voilà plus de trois ans que Monsieur le Président est élu pour la reconstruction du pays, mais on n’entend plus parler de lui qu’à travers les frasques de la Première Dame, les dépenses de ses ministres, et les festivités à n’en plus finir. Pourquoi le poste de président le conduit-il à l’oisiveté la plus totale ? » Guy Régis Jr

Déambulation théâtrale (Haïti, France)

SAINTE DERIVEE DES TROTTOIRS  

de Faubert Bolivar, par la Future Compagnie 

Texte de Faubert Bolivar

Conception et Interprétation : Vladimir Delva

Mise-en scène et lumières : Alice Leclerc 

Production et scénographie : Astrid Durocher

Regard extérieur et direction d’acteur : Barthelemy Bompard

Costumes : Jacqueline Gautherie

Production : Azad Production (Marseille)

Partenaires : Le Citron Jaune – Centre national des arts de la rue et de l’espace public – Port-Saint-Louis-du-Rhône ; Derrière le Hublot – Pôle des arts de la rue – Capdenac ; Le Hangar – Pôle national cirque et arts de la rue – Amiens ; L’abattoir – Centre national des arts de la rue et de l’espace public en Nouvelle Aquitaine à La Rochelle – Chalon-sur-Saône ; Sur le Pont – Centre national des arts de la rue et de l’espace public – La Rochelle ; Centre Intermondes – La Rochelle ; Festival Quatre Chemins – Port-au-Prince, Haïti ; La FOKAL – Fondation Connaissance et liberté – Haïti Avec le soutien de la SACD, Lauréat 2018 "Auteurs d'espaces", de la FAI-AR, et de la compagnie CUMULUS.

Durée : 50MN

 

MARDI 27, MERCREDI 28 NOVEMBRE | 5H30 PM

DEVANT L'ELDORADO

« Une fois j'ai mis douze heures pour venir au monde, de minuit à midi, c'était au soir de ma naissance, sans une larme, j'ai enjambé ma mère, j’étais bourrasque et pluie à l’avenant, sans le moindre remords j'ai pris mon père pour homme, j'étais amour et songe. Pour venir à la vie j'ai mis douze heures à mettre mon ombre de côté, de minuit à midi, c'était hier et c'est aujourd'hui, je suis née sur un plateau, un câble au cou. » Extrait de « Sainte Dérivée des Trottoirs » de Faubert Bolivar 

Une boîte de nuit, une jolie fille. C’est la castagne, un gars est planté ... Classique, sauf qu’ici, le personnage, un Noir de 19 ans, se rend. Il se retrouve au trou avec Munford, un abonné des lieux et Hattie, un transsexuel manipulateur. Le vieux taulard l’exhorte ne pas se vendre au Blanc qui le fera sortir non sans contrepartie, purger sa peine pour être autrement libre, autrement digne. 

Là, réside le véritable enjeu de sa captivité. Là, commence la prise de conscience. Là, naît le dilemme, face auquel le comédien, impressionnant, fait jaillir toute la puissance du texte. 

Ernest J. Gaines traite sans complaisance des difficultés du personnage à se rendre compte des mécanismes de l’aliénation.

Théâtre (Burkina Faso, République du Congo, Etats-Unis)

4 HEURES DU MATIN   

d’Ernest J. Gaines,

mise en scène Hassane Kassi Kouyaté

Auteur : Ernest J. Gaines
Mise en scène, scénographie : Hassane Kassi Kouyaté 

Avec : Abdon Fortuné Koumbha 

Création Lumière : Cathy Gracia 

Costumes : Anuncia Blas

Crédit Photo :Blind

 

Production : Cie 2 Temps 3 Mouvements 

Coproduction : Tropiques Atrium Scène nationale

 MERCREDI 28 NOVEMBRE | 6H PM

 IFH

 ENTREE GRATUITE

Théâtre (Haïti)

ERZULIE DAHOMEY    

de Jean-René Lemoine, par la BIT- Haïti 

Metteur en scène : Eliezer Guerismé

Comédiens : Sylvie Laurent Pourcel, Jenny Cadet, Clorette Jacinthe, James Alquintor

Naïza Fadianie Saint-Germain, Ericka Julie Jean Louis, Farid Sauvignon , Danilov Thélisma

Ce spectacle est produit par la BIT-Haïti

Crédit photo : Yves Osner Dorvil

 

Durée : 1h 45 mn 

VENDREDI 30 NOV, SAMEDI 1ER DECEMBRE| 6H PM

FOKAL

150 HTG

Erzuli Dahomey, déesse de l’amour est une mise en métaphore de la colonisation française aux Antilles dans laquelle la vie et la mort poursuivent l’éternel chassé-croisé… Les fantômes donnent sens à la vie dans une dernière tentative d’expier le présent en mémoire du passé.

 

« Dans cette pièce où aucune apparence n’est trompeuse, les placards sont remplis de fantômes, de pères disparus et de fils enfuis ou revenant en spectres, les vivants valsent avec ceux de l’au-delà, et les visions hallucinées se font en créole, fracassant le verrou des temps. » Extrait de la postface de Yann Ciret.

Danse (France)

CARMEN // SHAKESPEARE     

par la cie Hors Champ // Fuera de Campo 

CRÉATION 2014 // Marseille Objectif Danse 

Conception : Olga Mesa & Francisco Ruiz de Infante 

Sur scène : Olga Mesa & Francisco Ruiz de Infante 

Invitées extraordinaires : Noélia Fernandez Rodiles (via la vidéo) et Marc Hwang (via le son) 

Direction technique création : Christophe Lefebvre 

Régie technique et lumières : Xulia Rey Ramos

 

Sons, textes et images additionnels : 
- Extraits de l’Acte 1 de l’opéra «Carmen» de Georges Bizet (version dirigée par Georges Prêtre et chante par Maria Callas - enregistrement de 1964 avec l’orchestre du Théâtre National de l’Opéra de Paris).
- Sonnets 43 et 102 de William Shakespeare (traductions de Robert Ellrodt et François Victour - Hugo) ainsi que quelques phrases du livret d’opéra «Carmen», de Henri Meilhac et Ludovic Halévy d’après la nouvelle de Prosper Mérimée). 

 

Production : Cie Hors Champ // Fuera de Campo 
Coproduction : Marseille Objectif Danse (au sein des actes Marseille-Provence 2013), CDCN Pôle Sud Strasbourg. 


Partenaires et soutiens : Musée Artium (Pays Basque Espagnoles), Festival Verão Azul (Lagos, Portugal), Centre des Rives / Autour de la Terre (Vaillant, France), Espace Darja R2D (Casablanca, Maroc), Institut Cervantes (Casablanca, Maroc), GMEM Centre National de Création Musicale de Marseille, La Villa Bernasconi (Ville de Lancy-Genève, Suisse), FRAC Lorraine (Metz), TransARTE / Fabrique de Théâtre / Friche Laiterie / Hall des Chars (Strasbourg), XI Biennale de Artes Mediales de Santiago du Chili, Institut Universitaire National des Arts de Buenos Aires et Tempo Festival (Rio de Janeiro). 

 

La compagnie Hors Champ // Fuera de Campo est conventionnée avec le ministère de la culture - DRAC Grand Est et la ville de Strasbourg. Elle reçoit également le soutien de la région Grand Est.

 

Cette diffusion reçoit le soutien de l’Institut Français, de la région Grand Est et de la ville de Strasbourg dans le cadre du programme triennal de soutien aux échanges culturels et artistiques internationaux des structures implantées à Strasbourg, ainsi que de l’Ambassade d’Espagne en Haïti

 

Durée : 50 mn 

MARDI 27, MERCREDI 28 NOVEMBRE| 6H PM

FOKAL

250 HTG

           Carmen // Shakespeare est un métissage audacieux entre différents territoires (danse, performance, installation audiovisuelle, internet, son) ... Un véritable opéra contemporain ? D’une confrontation entre la sonorité des Sonnets de William Shakespeare et celle de l’opéra de Georges Bizet surgit une force baroque, au sens premier du terme : celui d’une perle imparfaite.

« Nous ne prétendons pas interpréter une fois de plus ces grandes œuvres déjà considérablement trahies (Carmen ? Shakespeare ?). Plutôt que d’interpréter, il s’agit d’invoquer. Invoquer l’énergie d’un corps mythique pour tenter de se laisser posséder par lui ; par son image, sa respiration, sa voix, sa chair, sa possible présence… »

L’acte 1 (Celui du Brouillard) est l’expérimentation d’un champ de bataille. Sur scène, un homme et une femme se trouvent à l’intérieur d’un piège technologique qu’ils construisent eux-mêmes ; cette machine, activée et arrêtée en permanence, est le véritable troisième personnage de l’œuvre : les rituels cycliques qu’elle impose et dans lesquels s’emmêlent les personnages exacerbent des relations de désir et de pouvoir, de jeu et de manipulation. 

CONCERT (Haïti)

KEB   

JEUDI 29 NOVEMBRE | 7H PM

JADEN SANBA

 ENTREE GRATUITE

SAMEDI 1ER DECEMBRE

YANVALOU

500 HTG

Kébert Bastien, connu sous le nom de Keb, se révolte. Au premier rang des barricades, des pneus enflammés, la guitare comme arme. La voix rauque, il chante pour dénoncer, revendiquer, mobiliser. 

Le chanteur, compositeur et guitariste a toujours été sur le béton pour réclamer justice. Très apprécié dans le milieu haïtien estudiantin et militant, l’artiste a tourné déjà au Canada, aux Etats-Unis, en Argentine et en Uruguay.