Spectacles  

tataille.jpg

Lundi 23 novembre

Centre d’Art 

ARNOLD, de et par Sterlin Tataille Performance/Danse (Haïti)

Arnold est sans propos mais tellement de vécu. Comment s’empêcher de parler quand il y a telle- ment à dire ? Comment cacher ce qu’il y a de plus fondateur en toi, quand tu ne dois pas montrer qui tu es vraiment. Se cacher, toujours se cacher pour ne pas avoir à dire...

Oh ! Il y a tellement d’histoires...

Chorégraphie et Interprétation : Sterlin Tataille

Durée : 10 mn

IN MEMORIUM.jpg

 

Jeudi 26 et vendredi 27 novembre

Espace 4 (En face Centre d’Art) |5h PM

IN MEMORIAM de Jean-René Lemoine, mise en scène de Miracson Saint Val  (Théâtre- Haïti)

Une mère dialogue avec sa fille morte dans le tremblement de terre du 12 janvier 2010. Une question lui transperce le cœur depuis toutes ces années : « Quand est-ce que tu es morte ? » C’est aussi la première phrase prononcée par cette mère, asséchée par le temps, qui n’arrive même plus à pleurer. Et cettelle, qui ne se souvientplus de grand-chose « je ne sais pas maman, c’est loin », demande des nouvelles de la famille et s’arme de courage pour porter/prendre les dou- leurs de sa mère. Un dialogue pesant qui balbutie entre souvenirs de cette tragédie et la mère face à son impuissance, sans réponses depuis toutes ces années. Cette mère dévorée par la solitude. Au- delà du fait de parler du drame et de la mélancolie qui l’accompagne, l’espoir, comme un courant d’airfrais, se fau le avec délicatesse dans le texte. « ... Il est temps de recommencer à ne plus être malheu-reux... » dit la lle. Dans un style où les mots sontcomme des pointes de couteaux, In Memoriam est une porte ouverte sur la parole encore étouffée du drame du 12 janvier.

 

Texte : Jean René Lemoine

Mise en scene : Miracson Saint-Val

Interprétation : Ketsia Vaïnadine Alphonse, Ericka Jean Louis

Le chœur : Lesly Maxi, Joseph Derilon Fils Dérilus,Staloff Tropfort

Lumière : Jean Ronald Pierre

Production : Cie Bazou

 Durée : 40 mn

transe dantor.jpg

 

Samedi 28 novembre

Centre d’Art | 5h PM

 

TRANSE DANTOR

de et par Schneiderson René - Performance/Danse (Haïti)

Transe Dantor n’est qu’un prétexte pour parler de la vie, de ma vie, de ma mère, des mères haïtiennes. Elles qui s’oublient pour faire vivre et construire un futur à leurs enfants. Transe Dantor est une façon de rendre hommage à toutes ces femmes, ces battantes, ces mères admirables que nous croyons être des vic- times, dépouillées et oubliées. Pourtant, dans un moment de transe habitées par Erzuli Dan- tor, elles retrouvent leur sourire, leur beauté, leur force et leur puissance, autant d’attributs qui na- lement, ne les ont jamais quittées.

 

Conception et interprétation : Schneiderson René

Regard extérieur : Staloff Tropfort

Durée : 30 mn

tranzit.jpg

Samedi 28 novembre

En ligne sur facebook | 7h PM

TRANZIT

texte et mise en scène de Gaëlle Bien-Aimé

(Comédie musicale / Haïti)

« Laisser sa terre natale, c’est comme mourir un peu. Traverser. »

Le spectacle « Tranzit » libère une parole d’errance du lieu de ceux et celles qui désirent partir pour affronter un monde ou- vert au commerce mais qui asphyxie âme qui bouge. Cette créationquestionne la dif cultéd’habiter son pays et du même coup l’instabilité socio-politique qui impose le départ, fait le bilan d’une décennie qui succède un séisme meurtrier et invoque le poème comme lieu pour témoigner son amour et son engagement à cette terre. Malgré tout.

 

Texte et Mise en scène : Gaëlle Bien-Aimé

Interprétation : Phannuella T. Lincifort, David Duverseau, Marckenson Brutus, Pascale Registre, Kenny Laguerre, Néhémie Bastien, Evens Orélien

Direction Musicale et composition : Donalzie Théodore, Char-line Jean Gilles et Gaelle Bien-Aimé

Chorégraphie : Markenley Georges

Responsable technique : Angela Auguste

Durée : 35 mn

kalachlikov.jpg

Lundi 30 novembre

Espace 4 (En face Centre d’Art) | 5h PM

 

KALASHNIKOV

conception et mise en scène de Hugh Gelin

(Performance / Haïti)

Ebauche de la réalité d’une jeunesse, ébauche de toutes les formes de violence que subis- sent les femmes. Psy- chologique, physique... En ces temps où le pays se dirige tranquillement vers sa destruction, il est urgent pour les artistes d’agir en fonction de leurs conceptions du monde, de l’humain, pour appeler vers autre chose que “ça “. Autre chose que ce vécu tragique, cette es- pérance de vie renouvelable à chaque heure. Ka- lachnikov, plus qu’une réplique, qu’une réponse, se sert des corps pour créer une performance en banalisant ces institutions dans leurs échecs. Elle se veut être tout simplement une complainte d’es- claves, hommes-femmes-bêtes abandonnés à leur condition de sous-hommes.

 

Conception et mise en scène : Hugh Gelin

Interprétation : Herdanie Jessie Lisa Tataille, Joana Joseph, Jessica Dorival, Reïna Daphcar Remedor, Naomie Demereau, Elisabeth F. Camille et Backer Elena Pierre Rose

Durée : 35 mn

AU COMMENCEMENT.jpg

Mardi 1er décembre

IFH | 5h PM

 

AU COMMENCEMENT IL Y AVAIT

UNE CHAISE de Laurent Van Wetter, par Odné Fritz Junior

(Théâtre de marionnettes de table / Belgique, Haïti)

 

Quand le fauteuil invisible se mêle de créer une chaise, il doit bien s’attendre à ce qu’elle se mette à râler parce qu’elle se sent seule. Il faut donc lui prélever un barreau pour en faire un tabouret... Et c’est évidemment là que les choses se compliquent. Toute ressem- blance avec une autre histoire bien connue est tout sauf fortuite. Tout comme les nombreuses références au théâtre et à ses codes. L’auteur se joue des conventions pour nous proposer une fable drôle, allégorique et bien plus porteuse de réflexions qu’une première lecture rapide pourrait le suggérer.

Texte : Laurent Van Wetter

Adaptation et mise en scène : Odné Fritz Junior

Interprétation : Jean fritz junior Odné. Billy Midiet Katiana Milfort

Décor : Félix D’Haïti

Durée : 1h 15 mn

 

po pis tach.jpg

Mercredi 2 et jeudi 3 décembre

Espace 4 (Centre d’Art) |5 h PM

PO PIS TACH

mise en scène de Kav-alye Pierre

(Performance–Hip Hop / Haïti)

« Po Pis Tach » est un projet de performance alliantRap, Poésie et Théâtre. Il se pro le entre écœure- ment et désespoir générationnel, fougue et rage de jeunesse, militance et autoritarisme, bien-être et vivre-ensemble. C’est un questionnement sur la mémoire collective résul- tant des luttes sociales menées, sur la victimisation, les violences du quotidien et la violence symbolique. Ce travail se veut un hommage aux victimes des malaises sociaux et des catastrophes naturelles que l’Etat central marginalise.

Conception et Mise en scène : Kav-Alye Pierre

Textes de : Eklips, Maram Al-masri, Jean Wahl, FranckEtienne,Ernest Pépin et Kav-Alye

Corps et graphie : Kav-Alye Pierre et Eklips

Interprétation : Kav-Alye Pierre, Eklips et Max-Karoll Gorguette

Regard extérieur : Hugh Gelin

Durée : 50 mn

Refleksyon balistik.jpg

Jeudi 3 décembre

IFH | 5h PM

REFLEkSYON BALISTIK

de Laurent Van Wetter, traduit en créole par Jacques Adler Jean Pierre, dirigé par Guy Régis Jr (Performance-Lecture / Haïti, Belgique)

Que se passe-t-il dans le cerveau d’un homme lorsque celui-ci voit s’approcher la cause de sa destruction imminente ? Il peut se demander qui est derrière cette mort programmée. Cela peut être l’occasion d’une introspection féconde : rien de tel que l’urgence pour se remuer les mé- ninges. Il peut même se réjouir de l’attention, très ciblée, qu’on lui porte. Mais finalement, ce qui compte, n’est-ce pas lerendez-vous pris entre ce petit bout de métal, lisse et froid, avec ce cerveau chaud et circonvo-

lutionné ?

 

Texte de : Laurent Van Wetter

Traduction : Jacques Adler Jean Pierre

Mise en scène : Guy Régis Jr

Assisté par : Daphné MENARD

Interprétation : Néhémie Bastien et Zuma Lavertu

fantakaba.jpg

Vendredi 4 décembre

Centre d’Art | 6h PM

FANTA KABA

conception et interprétation de Kettly Noël

(Performance-Danse / Haïti, Mali) - Ensemble 2020 (Papap)

Une femme, la nuit, l’Afrique. Fanta Kaba, un nom qui évoque à lui seul toute une histoire, une his- toire charnelle, un vécu de femme, un fantasme,

un rapport aux hommes, à l’argent, à la prostitu- tion, au milieu de la nuit. Kettly Noël transpose à la scène cette « con- fusion de corps, de la femme à la danseuse, de la danseuse à l’inter- prète, de l’interprète au caractère, du caractère à la transformation, de la transformation à la performance », s’inspirant de l’univers transgressif des bars et des boîtes, sous la forme d’un « récit intime qui sonde les rapports entre la femme et les fantasmes qu’elle suscite ». S’avoue ce désir qui fait boire jusqu’à plus soif de voir le rêve contaminer la réalité et la transela modi er. Il y a du grotesque en jeu quand unefemme se meut en créature nocturne, voire en demi-mondaine ; il y a du soulèvement dans l’air quand elle n’aspire au fond qu’à aller au bout d’elle-même, au plus loin des clichés de la courtisane. Qu’elle ne nisse plus, cette nuit du diable,ou alors que le diable l’emporte !

Chorégraphie, conception et interprétation : Kettly Noël Textes : Kettly Noël “Carnet de bal d’une courtisane” de Grisélidis Réal

Scénographie : Kettly Noël et Michel Meyer

Vidéos et regard extérieur : Michel Meyer

Costumes, accessories: Sahar Freemantle,Michel Meyer, Kettly Noël

Photographies : Sarah Hickson

Création lumières : Cyril Givort et Florent Blanchon

Production : Donko Seko

Durée : 35 mn