SPECTACLES et PERFORMANCES 

THEATRE-/ MARIONNETTE (Haïti)

LAGO LAJOUNEN AK LANNuIT

Texte collectif mis en scène par Ernst SAINT-ROME | Avec Ernst Saint Rome, Maignan Sophonie, Harvel Chérubin | Equipe musique : Ezéchiel Etienne Jimmy Etienne, Jimmy Simonie

21, 22 Novembre | 6h Pm,

Le Centre d’Art

Entrée libre

Folie. Perte d’espoir. Quête de mémoire. Suzanne l’adolescente seule part,  vers  les sentiers et chemins à la recherche du bonnet de L’Arc en Ciel pour sa guérison. Des personnages historiques légendaires et mythiques l’accompagnent dans cette fascinante aventure, où marionnettes, musiques et chansons dressent la vérité des hommes. C’est le cycle du jour et de la nuit : Lago Lajounen ak Lannwit.

THEATRE (PORTO RICO)

ILUSTRACIONES DE LA MECÁNICA

Collectif Las Nietas de Nonó | Avec Lydela Nonó et Michelle Nonó

21 et 22 Novembre | 5h Pm,

Le Centre d’art

Entrée Libre

 

Ilustraciones de la Mecánica  met en lumière la façon dont les autorités medicales exercent leur pouvoir sur les corps noirs., normalisent la naissance, la maladie et la mort dans le monde Clinique. Les pratiques ancestrales de guérison ont été diabolisées dans le context colonial. Les communautés marginales ont été privées de leurs guérisseurs, sorciers, croyants.

 

TRANSDISCIPLINAIRE (Haïti)

OMAYRA, LE CHOEUR DES ABYSSES 

Conception, texte et Mise en scène : Daphné MENARD | Avec Staloff Tropfort, Miracson St-Val, Vanessa Jeudi, Jehyna S. Celestin et Gethcé Pierre|Conception lumière : Pierre Jean Ronald

22, 23 Novembre | 6h Pm,

FOKAL

Entrée: 150 gdes

Omayra Sanchez est morte en beauté sous les yeux de tous. Une parmi tant d’autres enfants que le monde malgré la puissance fascinante de ses armes, n’a pu sauver. “Omayra, le choeur des abysses” comme spectacle questionne cette conscience en procès et se tourne vers un territoire représentatif de l’homme-divin exploré comme idée contradictoire: Yeroushalaim, cité de tous temps. Comme aussi la beauté qui illumine la crasse d’un pays, l’espoir dans l’audace même de l’énoncer.

TRANSDISCIPLINAIRE (BELGIQUE)

UN ARC EN CIEL POUR L’OCCIDENT CHRÉTIEN 

Texte de René DEPESTRE | Mise en scène de Pietro Varrasso avec Walline ARNOUX, Gaelle BIENAIME, Thomas NUMA, Brunatche ZEPHYR, Astrid AKAY, Fanny BLONDEAU, Marie BOURRIN, Mohamed DIBA, Sarah GUILLEUX, Simon HARDOUIN, Loig KERVAHUT, Justine LEQUETTE, Bastien MONTES, Léa ROMAGNI, Damien TRAPLETTI, Marthe WETZEL

23 et 24 Novembre | 6h Pm 

Salle Le Marcelin In

Entrée: 150 gdes

Dans  "Un Arc en Ciel pour l’Occident Chrétien"  tout  est  issu  des  acteurs  et  rien que  des  acteurs.  La  notion  de  "frère"  y  est  déterminante.  Pas  de  manière romantique,  ni  évoquée, mais palpable dans l’air qui relie ceux qui font et ceux qui reçoivent, à l’œuvre dans les  relations  scéniques  du  groupe.  Les  acteurs  y travaillent à prendre soin les uns des autres et cet effort, car il s’agit bien d’un effort,  suscite  la  nostalgie d’un autre état de nos  relations humaines, c’est du moins mon intention. Cette approche de l’être en scène est le cœur de ce travail.

THEATRE (Haïti)

RARA

Texte de Felix Morisseau Leroy | Cie Konpayi ZOFLANBO| Mise en scène de Frenel Clervil | Avec Stevenson SAINTINE, Johane LOUIS, Stanley BASTIEN, Sabruna GEORGES, Gethro ERNEY, Edson RONAY Junior, Jeff DARIUS, Davidson, Mineuse DURANDISSE, Rosenie ODNICE, Stanley BASTIEN

25 Novembre | 6h Pm,

Institut Français d’Haïti

Entrée: 150 gdes

 

“La sortie des raras n’aura pas lieu cette année ! Qui a dit cela, et pourquoi ?  On ne sait pas.”

 

Choisir de mettre en scène cette pièce combien captivante est pour Konpayi Zoflanbo le souci de montrer comment aujourd’hui la notion de « pouvoir » est vue perçue par les gouvernés. C’est l’occasion aussi pour montrer comment certaines fois dans notre société les lois sont méprisées par les citoyens. Une désobéissance qui symbolise un refus contre le pouvoir en place avec  ses caractères parfois totalitaires. L’auteur de cette pièce nous incite à réfléchir d’avantage comment les gouvernés peuvent changer la réalité des gouvernants. Il nous montre comment la rébellion dans une certaine mesure est contre-pouvoir.


THEATRE (BELGIQUE)

M’APPELLE MOHAMED ALI  

Texte de Dieudonné Niangouna | Mise en scène de Jean Hamado Tiemtoré avec Etienne Minoungou | Musique Julien TRUDDAÏU, Coach Artistique  François EBOUELE, Création lumière Rémy BRANS et Herman COULIBALY | Une coproduction Compagnie Falinga / Théâtre le Public / les Récréâtrales / La Charge du Rhinocéros

25 et 26 Novembre | 6h Pm

FOKAL

Entrée: 150 gdes 

 

« M’appelle Mohamed Ali » met en scène le boxeur du siècle ; brillant, investi, provocateur… On y raconte ses combats les plus importants, son titre de champion du monde qu’il perdit en refusant de faire son service militaire car «jamais un Viêt-cong  ne m’a traité de nègre », ce même titre qu’il récupéra  7 ans plus tard lors du match du siècle –organisé par Mobutu au Zaïre en 1974-. Donné perdant, le roi de la danse gagne à 32 ans son combat contre l’américain Foreman porté par la ferveur d’un stade en ébullition.  Pour gagner ? Il faut voler comme un papillon, piquer comme une abeille…

« M’appelle Mohamed Ali » est une création qui donne à réfléchir sur la résistance, la foi en soi, la complémentarité des êtres, la collectivité, la combativité et le franchissement des limites. Etre africain et en faire le choix – si l’on peut; en porter l’identité fièrement comme on porterait un drapeau; initier un acte de résistance personnel ou collectif sans se départir d’une grande ironie. Trois hommes noirs vont ainsi au combat.

THEATRE (CANADA)

MULIATS

de la troupe autochtone MENEUTEKUKAN | Mise en scène de Xavier Huard avec Charles Bender, Marco Collin, Natasha Kanapé Fontaine et Christophe Payeur

26 et 27Novembre | 6h Pm,

Yanvalou

Entrée libre

Dans Muliats, Shaniss quitte sa réserve de Mashteuiatsh pour venir s’installer à Montréal. Il n’a jamais vu «la grande ville» et il est impressionné par sa taille, sa densité de population et la diversité culturelle. Il aménage chez Christophe, un sympathique Montréalais d’origine qui est plein de bonne volonté, mais culturellement maladroit. Ils apprendront à se comprendre, à s’apprivoiser, à s’apprécier, soulevant lors de leurs débats de nombreuses problématiques identitaires, discutant racisme et perception sur un coin de table. La pièce a été écrite par les quatre comédiens qui la jouent, et ils y conservent leurs prénoms – c’est donc une expérience très personnelle qu’ils partagent avec les spectateurs, avec générosité et candeur.

 

  • Atelier de travail avec les étudiants de l’ENARTS du 23 au 25 Novembre

ERFORMANCE (France-Haiti)

CHOEURS QUOTIDIENS

26  Novembre | 4h  30 Pm,

Pyepoudre

Entrée libre

Hélène Lacroix et Marine Cotard ( Avec les habitants de Las Cahobas)

Résultat d’une résidence de recherche artistique de un mois à Las Cahobas. Cette création sera celle des participants de l'atelier, avec lesquelles Hélène et Marine créeront une partition chorale, chantée et parlée jouant sur la langue, sur sa musicalité, sur ses tonalités, devenant les sons du chœur quotidien. 

Une langue chante, un mot comme une note de musique, et au milieu des mots signifiants, les interjections, multiples, envoient les cordes vocales chercher leurs extrêmes, interjections de celle qui s’étonne, de elui qui réfléchit, de l’autre qui s’intéresse, doute, s’énerve, un son, un mi-mot, plein, dit, chanté, au cœur des sentiments et qui remplace parfois toute une phrase.

THEATRE (Haïti)

ZUWENA

Texte de Darline Gilles | Mise en scène de France Medeley Guillou avec Anyès Noel, Miracson Saint-Val et Chelson Ermoza | Technique : Raoul St-Cyr Jr et Kenworld Myrtil | Assistant de mise en scène :   Jethro Marcélus

28 et 29 Novembre | 6h Pm,

FOKAL

Entrée: 150 gdes

C’est l’histoire d’un jeune couple, Amélie, enfant orpheline, en domesticité à l’âge de 11 ans, chez Edonis à Jacmel. Ce dernier la violait tous les matins. Après deux ans, elle part, quitte la maison, elle rentre à Port-au-Prince, où elle se prostitue. Six ans après, elle tombe amoureuse du poète, un combattant, victime des préjugés de la société, qui se trouve être le fils d’Edonis, rejeté par celui-ci pour ses choix de vie. Amélie, Amoureuse, tombe enceinte et décide de changer de vie pour cet enfant et de son amour pour cet homme. Décide de se venger. Quelle est la source de toutes les formes de prostitution dont nous sommes victimes? Aidée de son amie Célie et du témoignage de l’amour du poète, elle tranche pour que la majorité puisse tirer profit de son malheur. Edonis devenu député à Port-au-Prince, doit voter une loi protégeant les enfants et partir de la capitale.

CONTE-MARIONNETTE (Haïti)

QUAND L’ART A LA PALABRE DEVIENT CE PONT QUI NOUS RELIE

 Texte et interprétation de Fritz Junior ODNE  | Jeune et tout Public

28 et 30  Novembre | 5h Pm

Institut Français d’Haïti

Entrée Libre

Le conte, instrument d’éducation et de « re-création », influence  la façon dont les enfants réagissent les uns envers les autres jusqu’à les rendre plus  généreux, altruistes et ouverts sur le monde. Il offre également aux adultes la possibilité de retrouver leur âme d’enfant, leur SOI intérieur. Les histoires contées ont donc vocation à réveiller la magie qui est en chacun de nous; magie que nous avons relativement  « perdu » en mettant sensiblement de côté nos traditions orales d’antan (veillée culturelle, par exemple). Les Histoires sont racontées avec beaucoup de jeux scéniques et de mouvements corporels significatifs. Le comédien-conteur n’aura qu’une chaise comme accessoire, forçant ainsi la concentration du public.

MARRIONNETTES-TAMBOURS (Guadeloupe/Haiti)

PROJET TEATROPOETICOMIZIKAL

De Ernst St-Rome et Klod Kiavué

28  Novembre | 6h 30 Pm,

Institut Français d’Haïti

Entrée libre 

Ernst Saint Rome et ses marionnettes, Klod Kiavué et ses tambours, lisant des textes d'auteurs Haïtiens, Guadeloupéens et en chantant des compositions et des chants traditionnels des deux cultures, en improvisant avec le public, nous embarquent dans l'histoire de deux iles voisines utilisant les mêmes langues, l'une grande ,peuplées de millions d’âmes , l'autre  minuscule, comme un quartier d'une grande ville; l'une nation souveraine, l'autre région colonie de la France; L'une définitivement africaine, caribéenne l'autre de plus en plus eurocaribéenne; L'une avec un peuple dans la consommation, le gaspillage, l'autre dans la faim, le dénuement. L'une vivant avec l'invisible, les mystères, l'autre sans rituels, oubliant le sacré...et pourtant des gens tellement proches, se mêlant de plus en plus, se ressemblant de plus en plus, deux iles en contact permanent.

PERFOMANCE

El Vecino

28 Novembre, Frontière Haiti-République Dominicaine

En direct  sur la page facebook du festival

Travailler sur la question de la solidarité et l'entraide entre les deux parties de l'île partagée entre Haïti et la République Dominciaine. Une camionnette pleine de plusieurs dizaines de jeunes arbres partent de st domingue jusqu'à la frontière, traverse la frontière un jour de marché bi-national. De l'autre côté, une camionnette venant de Port-au-Prince attend. Récupère les arbres et les amener vers un lieu défini de port au prince où ils sont tous plantés. La performance soulè une communication bidirectionnelle de l’aide soutenue et la fraternité. Prendre donc un jardin de plantes comme complice de la vie. 

THEATRE (Haïti)

MOUN FOU

Texte de Felix Morisseau Leroy  | Mise en scène de  Alin Augustin| La troupe du THEATRE NATIONAL d’HAITI

28 et 29 Novembre | 6h Pm,

Théâtre National d’Haiti

Entrée: 150 gdes 

Moun fou se déroule dans la localité de grand Gozier, à une époque où l’injustice, l’impunité règnent. Comme aux temps des dictatures où, les droits fondamentaux et la liberté d’expression n’existent pas. Pourtant, une famille n’arrête de dénoncer les mauvais agissements des bourreaux de l’époque, en incitant les gens  à lutter pour leurs droits. Comme celui d’utiliser le créole dans leurs quotidiens comme langue. Emilio et Emilia en effet, après la disparition subite de leur fils unique sont les deux battants ayant vaincu leurs peurs, deviennent fous car beaucoup de questions ils commencent à poser.

THEATRE (Haïti)

KILOMÈT ZEWO

Texte de Ernst St-Rome et Dominique Battraville | Avec Harvel Cherubin, Vajano Louis, Jack Sander Semeus, Joan Louis jeune, Jean marc Edouard, Mackenzy Macéus

30 Novembre et 1er  Décembre | 6h Pm,

Le Centre d’art

Entrée: 150 gdes

 

Kilomètre zewo est né du souvenir dans l’enfermement du Tap tap et fait état d’un drame : celui du transport en commun règlementé en Haïti par le gros bon sens pratique. Le tap tap devient une agora roulante. Le texte relève d’une écriture profondément ancrée dans le songe éveillé de l’ haïtien, tributaire du réalisme magique et de l’utopie inénarrable du voyage de la traite. Le code routier de kilomètre zéro est l’absence de règlements.

THEATRE (Guadeloupe)

MÉDÉE KALI

Texte de Laurent Gaudé | Mise en scène de Margherita Bertoli avec karine Perdurand | Compagnie Kamma |Création vidéo: Dimitri Robert – Chorégraphie inspire de la “Messe” creation de Léna Blou       

1er et 2 Décembre | 6h Pm,

FOKAL

Entrée: 150 gdes

Médée a tué ses enfants. Médée a été trahie et abandonnée. Le temps a passé, mais l’idée que ses fils reposent en terre grecque lui est insupportable. Commence alors un long voyage qui l’emmènera jusqu'au lieu de son crime. Elle revient sur le tombeau de ses enfants pour les en extraire. Enfin, sa vengeance pourra être pleine, entière, totale. Parallèlement à ce voyage physique vers la Grèce de Jason, sa patrie d’adoption, Médée retrace le parcours de sa vie à travers ses souvenirs. Les images, les odeurs, les sensations de son passé reviennent plus fortes que jamais. Sur la route, Médée n’est pas seule. Un homme la suit, un homme qu’elle ne connaît pas. Il prend garde de ne jamais s’approcher mais la suit obstinément. Médée n’a pas peur, elle le sent et elle veut savoir. Que veut-il? Qu’attend-il d’elle? Cet inconnu sera-t-il son prochain amant ou le plus farouche de ses ennemis ?

 

  • Atelier Rencontre sur les mythologies caribéennes avec la compagnie Kamma, 1e Décembre, Ecole Nationale des Arts

DANSE (Guadeloupe)

MI-CHAUD, MI-FROID on ne peut pas plaire à tout le monde  

Texte de Catherine Dénécy  | Chorégraphie et interprétation : Catherine Denecy  | Musique : Exxòs Mékakola, Jérôme Castry, Stéphane Castry  | Dramaturge et Assistante chorégraphe : Elodie Paul

2 et 3 Décembre | 6h Pm

Institut Français d’Haïti

Entrée libre

Inspiré du parcours d’une “maitresse femme” guadeloupéenne, Mi-Chaud, Mi-Froid,… fait le parallèle entre le milieu de la politique et celui du Show bizz. L’occasion était toute trouvée pour la chorégraphe interprète Catherine Dénécy d’initier un travail autour de la relation entre danse et musique, corps et intrument…

Et sans jamais céder au performatif, elle mêle les genres, s’empare de la tradition – on ne peut s’empêcher de penser au fameux “dialogue” entre danseur et tanbouyé de la tradition afro-caribéenne- la tord, bouscule les codes et développe une danse contemporaine originale et exaltée. 

PERFORMANCE (Etats-Unis-Mexique)

UROBORUS

De Guillermo Gomez Pena et La Pocha Nostra

2 Décembre | 6h Pm

Le Centre d’Art

Entrée libre

Uroborus est une série  d’action post apocalyptique et post-humaine à la recherche d’une identité et d'une appartenance sociale plus complexe. Cette suite d’actions humoristiques, audacieusement shamanique et psychomagique, appelle à la découverte de nos identités sous la marque “robo-baroque/cuborg-Kitsh”. L’imaginaire collectif est ici le terrirtoire de l’activisme. L’imagination radicale devient un outil contre le conservatisme et la violence, le capitalisme sans pitié, le narcissisme des médias sociaux, la culture hipster impersonnelle et annihilante, l’intolérance à la difference et la perte de foie en l’humanité et la démocratie. Cette performance cherche à mettre en lumière un univers se mangeant soi même.

 

  • Atelier-Rencontre 1e Décembre  Ifh, 9h Am

  • Intervention poétique de Guillermo Gomez Pena à la soirée Slam du jeudi 1er Décembre….

THEATRE (Haiti )

Le diable dans un thé à la citronnelle

Texte de Gary Victor |Mise en scène de Georges Beleck |Avec la Comédie Sans frontière d’Haïti

2 et 3 Décembre | 6h Pm,

Le Villate

Entrée: 250 gdes

Alors qu’elle se rêvait princesse indienne, Mirna, une fillette de douze ans, est violée un après-midi sur la berge du lac Azweï par un groupe d’adolescents mené par Blaise Maldouin, fils aîné d’une famille aisée de Port-au-Prince.

Pendant une cinquentaine d’années, elle attend le moment propice pour se venger. L’occasion se présente enfin losrque Pirus, porteur de charbon de son état et d’une grande laideur, tombe éperduement amoureux de Esmeralda. La COSAFH avec cette pièce déploie une palette de merveilleux haitien pour donner corps et vie à des personnages habités par l’amour, la vengeance et la haine.

CONCERT-SLAM

HD SYMPHONIE

En introduction: “ Hors tension” Performance Poétique de Guillermo Gomez Pena

1er Décembre | 7h Pm,

Institut Français d’Haïti

Entrée libre

HD SYMPHONIE (symphonie de haute définition) est un regroupement de jeunes artistes oeuvrant dans la poésie et dans la musique.Comme collectif ,il a vu le jour le 27 novembre 2015 et est composé de deux slameurs d’un chanteur et de trois musiciens. Ils répondent respectivement au nom de Slamuel, Shelo Pleb Muzik, Gethce Pierre, de Jemps Phillias et de Kerby Jim Toussaint.

SOIREE SLAM

ETOILE URBAINE” AVEC

JEAN DAMERIQUE

2 Décembre | 8h Pm,

Freddy’s Guess House

Entrée libre

Jean D'Amérique, écrivain et slameur, auteur de "Petite fleur du ghetto", mention spéciale du Prix René Philoctète de la Poésie en 2015 et de la nouvelle « Rêveur de revers », prix littéraire Fièvre Rouge en 2014. Animateur d'atelier de slam à Port-au-prince, également contributeur de la revue IntranQu'îllités dirigée par James Noël. Bénéficiaire d’une résidence jeunes auteurs à la Maison des Ecrivains (Pen Haïti) en 2015 et d’une résidence artistique au Théâtre au Bout des Doigts à Agen (France) en 2016.

DOCUMENTAIRE Radiophonique (Belgique)

JUSQU’A CE QU’IL FASSE JOUR

De Caroline Berliner

28  Novembre | 6h  Pm,

FOKAL 

Entrée libre

De quoi rêve-t-on quand on a 30 ans à Port-au-Prince ? Pour soi-même, pour l’autre pour le pays ? Quelle place occupe l’artiste dans un pays où tout pousserait vers d’autres priorités, plus criantes, plus nécessaires ? Avec quoi s’avance-t-on dans l’âge adulte là où l’on survit plutôt que l’on vit ?

CARTE POSTALE SONORE 

JOUK LI JOU

De Caroline Berliner

21 au 3 decembre, FOKAL

Jouk Li Jou est une carte postale sonore conçue depuis la capitale haïtienne avec les chants de ceux qui, de 4 heures du matin à 4 heures du matin cherchent à apaiser les tourments de la terre qui gronde ou, au contraire, à crier plus fort qu'elle.