Ateliers/Worshops

 

Du jeudi 22 au vendredi 29 novembre,
de 9h AM à 12h PM – IFH

La critique théâtrale : les mots de l’émotion, avec Jean-Pierre Thibaudat

 

La critique d’un spectacle est souvent ce qui reste de plus tangible quand le spectacle, achevé, s’éloigne dans le temps. C’était flagrant autrefois quand il n’y avait pas encore de « captation » audiovisuelle, cela reste vrai car les captations ne sont que des traces auxquelles manquent la force et la présence du vécu, celui du moment de la représentation. 

Le théâtre est un art vivant parce qu’il met en présence des vivants face à des vivants. C’est un moment de rencontre, entre des êtres, des corps. Et c’est de cette rencontre dont la critique doit rendre compte. Critique qui est celle d’un spectacle fait de ses multiples composantes (jeu, parole mouvement, son, musique, lumières, décor, scénographie, vidéo, projections, etc) parmi lesquelles le texte n’est pas forcément premier. Critique qui est celle du moment de la représentation à laquelle on assiste, unique.

Partout dans le monde, la critique s’est fortement développée via les réseaux sociaux, et le nombre de blogs traitant du théâtre est innombrable. C’est une bonne nouvelle. Mais il faut le reconnaître, la plupart de ces blogs sont d’une faible exigence. Nombreux sont ceux qui s’épuisent vite et s’interrompent faut de ténacité et de méthode,  d’autres perdurent et certains sont passionnants, mais la plupart ne vont pas au-delà du bavardage. Ils oublient que la critique théâtrale est d’abord un art littéraire puisqu’elle fait usage des mots (papier ou écran, ou même chronique audiovisuelle, même combat) et ne fait que ça pour rendre compte d’un art composite. Par ailleurs, il existe d’autres registres complémentaire à celui de la critique théâtrale, comme celui de l’analyse des spectacles ou de l’étude d’une pièce, d’un auteur qui relèvent d’une approche universitaire.

La critique théâtrale est complexe car est un dialogue complexe puisque l’interlocuteur -le spectacle- est multiple. Comment faire ? Comment étayer d’argumentations un sentiment diffus, une rage, un enthousiasme, une émotion aiguë ? Comment construire une critique qui rende compte d’un spectacle, forcément subjectivement, en dépassant le jugement oral hâtif que l’on peut avoir en sortant d’une salle de spectacle, en évitant de faire le fastidieux  inventaire des composantes du spectacle, en ayant, au contraire, l’ambition de viser une sorte de poétique de la critique?  C’est cela qui sera articulé, discuté et pratiqué au fil des jours et des spectacles lors cet atelier critique à Port-au-Prince dans le cadre du Festival 4 Chemins.